Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875) Le Christ... - Lot 30 - Crait + Müller

Lot 30
Aller au lot
Estimation :
8000 - 10000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 9 728EUR
Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875) Le Christ... - Lot 30 - Crait + Müller
Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875)
Le Christ en croix, 1869
Épreuve en bronze Bronze : 31 x 20 x 5,5 cm
Croix en bois : 53 x 24 cm

Provenance : France, collection particulière

Jean-Baptiste Carpeaux entre dans l’atelier de François Rude, sculpteur romantique à l’École des Beaux-Arts de Paris en 1844. En 1854, il reçoit le Prix de Rome pour Hector implorant les dieux en faveur de son fils Astya- nax. Un an plus tard, à Rome, il étudie Michel-Ange et Raphaël. De son séjour à la Villa Médicis, il envoie au Salon en 1862 l’un de ses plus célèbres groupes : Ugolin entouré de ses quatre enfants. Si Carpeaux se réfère à Dante et à la mythologie antique dans de nombreuses œuvres, la religion demeure constante dans sa vie et revient régulièrement dans les sujets de ses sculptures.

À son retour en France, il reçoit de nombreuses commandes impériales, notamment La Danse, en 1869, pour la façade de l’Opéra Garnier. Il présente une ver- sion monumentale d’Ugolin à l’Exposition Universelle de 1867, aujourd’hui conservée au Metropolitan Mu- seum de New York. Sa dernière grande commande importante, les Quatre Parties du monde pour la Fontaine de l’Observatoire est ralentie par la maladie et le contexte de la guerre franco-prussienne, mais l’édition en bronze sera réalisée en 1874, un an avant sa mort.

« Oui, tendre Amélie, charmante fiancée, vous me soutiendrez, vous m’inspirerez pour faire un Christ en Croix. J’en fait le vœu aujourd’hui. Cette grande image de la résignation me fera penser comme Michel-Ange, Léonard, Raphaël, et leurs nobles accents viendront à mon aide pour accomplir cette œuvre que je vous dé- die à l’avance. »1

En mars 1869, Carpeaux travaille à la réalisation du Christ en Croix, une œuvre qu’il destine à sa future épouse, alors qu’elle avait dans un premier temps résisté, souhaitant se tourner vers les ordres.

Une feuille d’étude conservée au musée des Beaux-Arts de Valenciennes atteste des recherches menées par le sculpteur autour de la figure du Christ souffrant. Dans la continuité des sculpteurs tels son maître François Rude, ou encore Pierre Puget (1620-1694) et Auguste Préault (1809-1879), Carpeaux souhaite traduire avec force et expression le sentiment de souffrance et de douleur du Christ. Pourtant, les réalisations des sculpteurs restent souvent incomprises, les fidèles y préférant une représentation plus idéalisée, avec une moindre intensité et les commandes de Crucifix se font plus rares.

Le plâtre original du Christ offert par Carpeaux à sa femme est aujourd’hui conservé au Petit Palais (Paris), un autre plâtre au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, et une terre cuite au musée des Beaux-Arts de Nice. Quelques épreuves en argent et en bronze ont été exécutées dans les ateliers de Carpeaux : une épreuve en bronze est mentionnée dans la vente « Carpeaux » en 1894 et une autre dans une collection parisienne. L’agrandissement du Christ en Croix en bronze est réalisé par Carpeaux en 1874 pour l’église Notre-Dame d’Auteuil et pour la Chapelle de l’hôpital de Valenciennes, sa ville natale.


1. Michel Poletti, Alain Richarme, Jean-Baptiste Carpeaux sculpteur – Catalogue raisonné de l’œuvre édité, Paris, Les Éditions de l’Amateur, 2003, p. 7


Littérature en rapport :
• Sur les traces de J.B. Carpeaux, cat. exp., (Paris : Grand-Palais, 11 mars - 5 mai 1975), Paris, Éditions des musées nationaux, 1975.
• Claude Fournet, Jean-Baptiste Carpeaux 1827- 1875 : collection du musée des beaux-arts, Nice, Direction des musées de Nice, 1989.
• Patrick Ramade, Laure de Marguerie, Carpeaux peintre, cat. exp., Valenciennes, musée des Beaux- Arts (8 octobre 1999 - 3 janvier 2000) ; Paris, musée d’Orsay (24 janvier - 2 avril 2000) ; Amsterdam, Van Gogh Museum (21 avril - 27 août 2000), Paris, édi- tions de la Réunion des musées nationaux, 1999.
• Michel Poletti, Alain Richarme, Jean-Baptiste Car- peaux sculpteur – Catalogue raisonné de l’œuvre éditée, Paris, Les Éditions de l’Amateur, 2003 (repr duction pp. 76-77. réf. SE 2).
• James David Draper, Édouard Papet, Jean-Baptiste Carpeaux (1827 – 1875), Un sculpteur pour l’Empire, cat. exp., New York, The Metropolitan Museum of Art (10 mars – 26 mai 2014) ; Paris, musée d’Orsay (24 juin- 28 septembre 2014), Paris, Gallimard, 2014.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue